Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Après le fiasco de mon 1er volontariat en Afrique du sud, j’ai voulu réitérer l’expérience ailleurs pour me prouver que c’était bien de la malchance. J’ai trouvé un projet au Cambodge.

Volontariat dans la jungle du Mondulkiri avec les éléphants  dans le sanctuaire Elephant valley project <3

On devait venir me chercher à Phnom Penh à 6h du matin pour débuter mon volontariat avec les éléphants à Saen Monourom (dans la jungle !!!) Nous partions à 6 heures car nous avions 7 heures de route à faire vers Saen Monourom. A 7 heures, le bus n'était toujours pas là et on m’a avertie que je devais prendre un tuk tuk jusqu’au bus… C’est là que j’ai rencontré une autre volontaire, qui était aussi dans l’hôtel et qui partait en même temps que moi. Nous avons fait connaissance dans le tuk tuk. Le chauffeur ne savait pas du tout où nous allions. Il a téléphoné 4 fois et forcément, nous n’avons rien compris ! ^^ Puis, nous sommes arrivées dans un quartier particulièrement défavorisé et là 6 hommes ont entouré le tuk tuk en nous disant de descendre, ce qui n’était pas très engageant. Les cambodgiens n’ont pas de système de ramassage des déchets. Ils vivent dedans. Ils jettent tout par terre et ça reste là. Et dans ce quartier, on se serait crues dans une décharge ! Au milieu de ce quartier particulièrement défavorisé, il y avait deux bus. Ma nouvelle amie et moi regardions les cambodgiens s'activer à vider un bus, celui dans lequel ils avaient mis nos affaires. Ils en ont sorti des sacs, de la nourriture, et même un pneu! (Nous aurions été plus rassurées si ils l'avaient gardé!) Le bus dans lequel nous allions voyager n'était pas du tout du même genre que celui que j'avais pris précédemment de Siem Reap à Phnom Penh. C'était un très vieux bus, avec de très vieux sièges, pas de climatisation, il y avait énormément de poussière sur les arrivées d'air. Nous n'avons démarré que 2 noix de coco plus tard (achetées au bord de la route!) car nous avons attendu que le bus soit prêt pendant 3 heures! Les autres passagers étaient en retard et nous nous sommes finalement retrouvés à 17 dans un bus de 12! Sans Climatisation, assises en boules, les jambes repliées (quand on fait 1m72 c'est assez inconfortable!) et avec la musique locale qui passait en boucle! Le même cd pendant 7 heures!

Sur la route entre Phnom Penh et Saen Monourom, avec, à gauche, notre bus surchargé lors d'un arrêt noix de coco/pipi

Sur la route entre Phnom Penh et Saen Monourom, avec, à gauche, notre bus surchargé lors d'un arrêt noix de coco/pipi

Sur la route entre Phnom Penh et Saen Monourom, avec, à gauche, notre bus surchargé lors d'un arrêt noix de coco/pipi

Lorsque la route n'était pas faite de terre, nous pouvions ouvrir la fenêtre... magnifique avec plus de 40 degrés! Vous l'aurez compris, le voyage fut pénible mais inoubliable à la manière des locaux. Après 7 heures de route, nous n'étions pas tristes d'arriver à destination... On nous a largué sur la route avec nos valises, nous ne savions pas où nous devions aller mais on nous attendait un peu plus loin.

Nous sommes donc remontées dans un pick up qui nous a emmené au camp où nous allions loger, en pleine jungle. La route était très accidentée, il fallait bien s'accrocher! Arrivée là, je me suis rendue compte que le nom "Elephant VALLEY project" n'était pas juste un nom pour faire joli! Ma chambre était 80 marches plus bas que la salle de déjeuner, diner, souper, et je les montais donc 6 fois par jour en moyenne! De même, lorsque nous allions dans la jungle (2 fois par jour, le matin et la soir), nous devions remonter un chemin très accidenté et une côte assez importante avant de redescendre dans la jungle! Chemin qu'il fallait remonter ensuite évidemment! Un autre endroit dans la jungle nous obligeait à monter plus de 300 marches au retour (Je les ai comptées chaque jour!) Mes 15 jours là-bas n'ont pas été de tout repos comme vous pourrez le comprendre! Surtout quand on sait que j'ai des problèmes de tachycardie et que les 40 degrés étaient toujours d'actualité! Cela mis à part, le projet est vraiment GENIAL!

Le projet

Jack, un anglais qui s'est expatrié avec sa famille au Cambodge, a racheté des centaines d'hectares de forêt, avant de faire le tour du Cambodge pour racheter les éléphants du tourisme et de la déforestation et de les remettre sur pied (d'abord), puis dans la nature. Il va sans dire que tous les mahouts n'ont pas accepté sa proposition. Certains, ont refusé et ont proposé la location à la place. En gros, Jack payait pour le transport, les soins plus que nécessaires à la santé de l'éléphant, la nourriture et payait en plus une rente à son mahout, pour qu'il ne perde pas l'argent qu'il aurait pu gagner en le faisant travailler! Malgré cette malhonnêteté, Jack a accepté pour le bien des éléphants. Si Jack n'était pas venu, le mahout aurait quand même du payer la nourriture et les soins, qu'ils ne paient pas dans ce cas! Réclamer une rente supplémentaire au lieu vendre l'éléphant et de le laisser passer ses 10 dernières années heureux dans la nature me semble d'autant plus égoïste. Quoi qu'il en soit, les éléphants sont dans la jungle, soignés, nourris. Certains ont des côtes défoncées à force d'avoir porté des charges trop lourdes pour eux. D'autres sont maigres et ne récupèreront jamais, la malnutrition étant trop sévère. La célèbre Sambo quant à elle, a des abcès aux pieds qui l'empêchaient de marcher plus d'une heure... (ce qui n'empêchait pas son mahout de la faire travailler!) Pour la petite histoire, Sambo était la dernière éléphante de Phnom Penh avant de rejoindre le projet. Elle y a vécu la guerre avec les Khmers rouges et y a travaillé comme une esclave toute sa vie. De ces expériences, Sambo a gardé un comportement amusant. Elle adore être regardée et fait son show pour quiconque lui accorde un peu d’attention.

Les éléphants - leur nouvelle vie

Dans ce camps, les éléphants passent des chaînes à la corde et de la corde à rien du tout. Ils vivent dans la jungle, ont des cours d'eau et petites cascades à disposition, sont approvisionnés plusieurs fois par jour en feuilles de bananiers et bamboo en plus de  toute la végétation à disposition. N'ayant jamais appris à être des éléphants puisqu'ils ont été arrachés à leur mère tout jeunes pour être dressés, des guides restent avec eux pour les laver deux fois par jour. C'est un rituel nécéssaire si on veut que les éléphants restent sains, sans maladie ou problème de peau. En effet, il n'est pas rare de trouver sur leur peau de petites taches noires qui sont en réalité des oeufs de mouches ou de moustiques. Les éléphants sont suivis chaque semaine: vérification prise ou perte de poids (système établi sur base du tour de taille), vérification de la trompe, des yeux, oreilles, pieds et ongles, palper le ventre et les glandes derrière les oreilles, ...

Sambo <3

Sambo <3

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Tout cela implique énormément de trekking dans la jungle pour rendre visite aux éléphants et assister à leur bain, toujours à distance raisonnable, car le but est de leur apporter une vie sereine et pas d'en faire une attraction. Pour ceux qui veulent se balader à dos d'éléphant, ce n'est pas du tout le bon endroit. Par contre, pour ceux qui veulent participer à un projet respectueux de l'environnement, qui donne une belle fin de vie aux éléphants et qui emploie les locaux, alors c'est l'endroit rêvé et c'est une expérience inoubliable.

Prise de mesure pour vérification du poids

Prise de mesure pour vérification du poids

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Les activités de volontaires

En tant que volontaires, nous avons appris à faire les contrôles vétérinaires, entretenu les champs de bamboo, de bananiers et les plants d'ananas. Nous nous sommes aussi occupés des cochons: les nourrir, nettoyer leur enclos, ... Nous avons aussi participé à une étude qui consistait à voir ce qui empêchait le mieux la prolifération des mauvaises herbes : Les écorces? les feuilles de bananiers?

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Le logement

Le logement sur place est hors du commun car nous avons des invités en permanence! En effet, les bungalows possèdent des volets mais pas de fenêtres et un toit de chaume! Il n'est donc pas rare de voir sur les murs d'énormes araignées ou des scorpions sous le lit! Miamiaouw, la petite chatte du camp, est une excellente chasseuse d'araignées. Je l'ai vue sauter sur une araignée et la gobber alors qu'elle faisait environ la taille de ma main!!! Effrayant et rassurant à la fois... ^^ Elle chasse aussi les souris autour du bungalow. Ben oui, le bungalow est en pleine jungle! Elle m'a d'ailleurs ramené une souris morte dans mon lit! Pas la peine de dire que j'ai passé une très mauvaise nuit...^^

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Il y a cependant un côté très positif à cette situation. Il arrive souvent d'avoir des geckos dans la chambre qui "chantent" la nuit ou de voir un groupe de lucioles voler dans le noir. Les douches sont dans les toilettes et alimentées en eau de pluie. L'eau est donc assez fraiche, ce qui est très agréable vu les températures locales. L'électricité est uniquement sur générateur entre 18 et 21h. C'est donc le seule moment où nous pouvons charger les batteries d'appareils photos et autres. Et il n'y a évidemment pas de wifi ou de connexion internet! Pour ça, il faut attendre le week end pour aller en ville.(Saen Monourom) Pour certains, cela parait impossible de vivre une semaine sans internet. En réalité, c'est assez reposant et permet d'accorder de la valeur à ce qui en a vraiment. Et le week end, nous avions énormément de choses à raconter, à poster sur facebook, ...

 

Mes aventures et quelques visites

Saen Monourom

Saen Monourom est une petite ville qui commence à se développer. Il n'y a pas encore grand chose à y voir ou faire. A quelques kilomètres de Saen Monourom, vous pouvez voir les chutes de Bousra. En deux palliers, ces chutes sont impressionnantes! En mai, quand j'y suis allée, on savait traverser facilement car il n'y avait pas beaucoup d'eau.

A la saison humide, il parait que les roches sont complètement immergées. On peut voir quelques moines aux alentours ainsi que quelques petites échoppes de vêtements et nourriture.

Rue commerçante de Saen Monourom

Rue commerçante de Saen Monourom

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Siem Reap


J’y suis restée deux jours. Pas assez pour tout voir mais suffisant pour visiter un peu et se faire une idée. Le 1er jour : visite de la ville, piscine de l’hôtel car il faisait quand même 39 degrés à l’ombre, massage khmer et spectacles de danseuses apsara le soir. La ville en elle-même est remplie de petits magasins, certains sont même français. Il y a aussi un marché couvert, avec pleins d’échoppes les unes sur les autres. Moi qui n’aime pas la promiscuité, j’étais servie… ^^ je ne suis donc pas restée longtemps mais assez pour vous dire qu’on y trouve de tout ! T-shirt, écharpe de soie, statuette en pierre, peinture,… Les vendeurs et vendeuses sont assez déterminés ! Ils vous suivront en disant « Youbuy youbuy » parce que « Hello » ils n’ont pas l’air de connaître !^^ Au Cambodge, tous les déplacements se font en tuk tuk ou en scooter. Les voitures sont rares. Et entre les tuk tuk, il n’est pas rare de rencontrer des victimes de guerre qui vendent des livres.


 

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Il m’est arrivé partir à pied, au grand étonnement des locaux, visiter les alentours. En face de l’hôtel se trouve une grande enceinte avec un temple. Je suis allée voir. Il y avait pleins de chiens très maigres et fuyants, j’en ai croisés partout au long de ma « promenade ». Je suis ensuite arrivée sur la route principale au bord de laquelle il y a pleins de grands garages remplis de peintures représentant des koïs, des fleurs ou des danseuses apsara. De retour de ma balade, je suis allée souper et voir le spectacle des danseuses apsara. Le restaurant buffet est très grand, il y a énormément de plats et de choses suspectes dont j’ignorais totalement la nature… Pour les végétariens /végétaliens, le choix était quand même assez restreint puisque même les nouilles doivent être accompagnées de viande ! Les nouilles aux légumes, ça n’existe pas !^^ J’étais toute seule et je n’avais pas réservé. On m’a donc installée au fond de la salle, à côté d’un couple venant de Singapour.On voit toujours mais pour les photos souvenirs, pas top !

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Après être allée souper dans un restaurant spectacle de danseuses apsara (pas très remuant) je me suis arrêtée à un petit super marcher encore ouvert pour acheter de la viande pour les chiens du temple. J’ai eu beaucoup de mal à en trouver mais j’ai fini par tomber sur des paquets de jambon 5 étoiles dans le congélateur… Au Cambodge, le jambon n’est pas un produit courant. Bref, me voilà partie avec mes 6 paquets de jambon au grand étonnement de la caissière.

 


Les massages Khmers


Je suis rentrée tout juste pour mon massage khmer, que je ne suis pas prête d’oublier… D’abord, c’est un massage complètement habillé ! Quand vous arrivez, on vous donne une espèce de pyjama 100x trop grand pour vous. Si je lâchais le pantalon, il tombait sur mes chevilles… La table de massage est très large et pour cause, la petite masseuse de 35 kg saute sur la table pour vous enfoncer ses petits doigts dans la peau et saisir vos muscles. Elle vous masse donc les épaules, la tête, le dos, avant de s’attaquer à vos jambes (ce qui fait vraiment très mal !), et vos pieds. Au passage, elle utilise aussi ses pieds pour vous masser le haut intérieur de la cuisse. Surprenant mais surtout douloureux. Le point positif, c’est que quand elle arrête, ça fait du bien !

 

Les temples d'Angkor : des merveilles à visiter d'urgence <3

Le lendemain à 5 heures, j’étais prête, à la réception de l’hôtel car on venait me chercher pour la visite des temples d’Angkor. Accro à la photo et ne restant pas assez longtemps pour chercher partout ce qu’il y a d’intéressant à voir, j’ai décidé de prendre un guide photographe. Le concept est intéressant et assez courant au Cambodge puisque je l’ai aussi fait à Phnom Penh à la fin de mon voyage. J’ai donc visité les temples avec Eric D Vries, un hollandais venu s’installer au Cambodge il y a 20ans, qui a un tarif assez cher mais qui organise super bien les visites, vient vous chercher et vous ramène à bon port, mets de l’eau fraîche à votre disposition toute la journée, ainsi que le tuk tuk, vous emmène dîner dans un très chouette petit restaurant et chose importante, vous montre des choses que vous ne voyez pas quand vous avez le nez dessus !Je m’explique… Selon l’angle sous lequel on regarde une sculpture, elle peut coïncider avec celle qui est derrière, ce qui vous fait des photos plus intéressantes! Au besoin, il vous aide pour vos réglages (à l’intérieur des temples notamment car il fait parfois très sombre) ou vous suggère un cadrage,…

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Nous avons donc commencé par le temple de Tomb Raider, Ta prohm, qui n’avait pas encore reçu de visite. J’avais le temple pour moi toute seule! A cette heure, les touristes sont au Bayon ou à Angkor wat, ce qui vous laisse libre champ pour Ta prohm et Preah khan, que j’ai visité juste après. Comme on peut se l’imaginer, les temples sont très vieux puisqu’ils datent du 9ème siècle, beaucoup sont abîmés suite à la guerre, certains ont dû être étançonnés, mais beaucoup de sculptures sont encore intactes et les paysages sont magnifiques ! A tous ceux qui sont adeptes des lieux historiques, je vous conseille de vous dépêcher à visiter les temples si vous voulez voir le côté historique. En effet, les chinois et les allemands auraient parait-il des contrats de restauration avec les cambodgiens. Ils ont d’ailleurs commencé à mettre des barrières et des planchers, et à remplacer les pierres manquantes ! On les distingue à leur couleur blanchâtre (il n’y a pas encore de mousse dessus…) Il n’y aura donc bientôt plus aucune trace de la guerre !

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Il faisait trop chaud ce jour-là pour voir des éléphants balader les touristes, ce qui m’a réjouie. Il faisait quand même un bon 40 degrés à l’ombre ! Après ces deux temples, nous sommes allés manger avant de passer voir les singes, les moines et de finir par Angkor wat et le Bayon. Ces deux temples sont toujours full. Peu importe donc le moment où vous les visitez.

Les singes <3 N'ayez pas peur!

De manière générale, les gens ont peur des singes au Cambodge. Pour ma part, je n’ai pas eu de souci. Je pense que l’approche change beaucoup de choses. Au lieu d’aller vers eux, je les ai dépassé et les ai laissé venir vers moi. La mère m’a ignorée, le petit m’a touché la cuisse de la main en passant à côté de moi… <3 J’étais venue avec des bananes mais à cette période (avril-mai), ils trouvent assez de nourriture et ne sont pas intéressés.

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Rentrée à l’hôtel à 15 heures, comme prévu avec des souvenirs plein la tête et une carte sd bien remplie, je suis ressortie directement après ma douche pour distribuer mon jambon. Je n’ai malheureusement pas trouvé les chiens de la veille mais à la place, j’ai découvert des mini chatons qui hurlaient de faim. J’ai donc commencé à déchirer des morceaux de jambon et j’ai fait la distribution à des petites bêtes prêtes à se battre entre elles malgré la quantité de jambon à leur disposition. Un moine bedonnant est venu me voir pour me demander ce que je faisais, le sourire aux lèvres. Je lui ai dit que je faisais ce qu’apparemment personne ne faisait, je nourrissais les chats. Je lui ai demandé si ça ne le dérangeait pas de les voir mourir de faim sous ses yeux. Il m’a répondu qu’on leur donnait du riz ! Vu leur état, ces chats n’avaient plus rien mangé depuis des jours et ça m’a scandalisée de voir qu’un moine bouddhiste, qui est censé avoir de la compassion pour toutes les espèces, se fichait éperdument du sort de ces chats ! Je suis repartie, me sentant impuissante en me demandant ce qui arriverait à ces pauvres bêtes le lendemain, puisque je ne serais plus là pour les nourrir. J’entends encore leurs cris… La plupart des gens sont pauvres, on est bien d’accord. Ca ne les empêche pas d’avoir des déchets de viande ou de poisson quand ils préparent leur repas, et surtout un iphone dans la poche !

7 heures de route plus tard, je suis arrivée au point de rendez-vous. (l’endroit où on m’avait demandé d’être pour le bus qui m’emmenerait dans le Mondulkiri pour mon volontariat) Contrairement à ce qu’on peut croire, les routes étaient assez belles. Mais le trajet Siem Reap – Phnom Penh se fait sur des routes principales. J’ai voyagé en bus alors que mon projet était de voyager en bateau. Il n’y avait plus assez d’eau sur le Mékong à cause de la sécheresse qui durait depuis plusieurs mois. Le « bus » était un ford transit de 12places dans lequel nous étions 13. A l’arrière, juste la place pour mettre ma valise ! Heureusement, les autres passagers étaient des locaux et n’avaient pas de bagages. Le bus était relativement récent et confortable mais on voyait que son conducteur en prenait grand soin! Après deux heures de route, il nettoyait déjà la voiture et principalement la ventilation déjà pleine de poussières. Après 18heures de vol, deux jours à 40 degrés, de longues heures de marche dans les temples dès 5 heures du matin, et 7 heures de route, je suis arrivée à l’hôtel « point de rendez-vous » et j’ai dormi ! L’hôtel était bien, la chambre très grande et propre. La piscine avait l’air belle mais je n’ai pas eu le courage de la tester.

Phnom Penh

 

Après mon volontariat, j'ai repris un bus (climatisé cette fois) jusque Phnom Penh.

JOUR 1

Ce jour là, j'étais arrivée vers 13h à Phnom Penh. Après une bonne douche, je suis partie faire un peu de shopping et visiter un peu la ville. Après un peu de shopping près du palais royal, au bord du Mékong, je me suis assise dans l'herbe devant le palais royal pour boire une bouteille d'eau et me reposer un peu.

Là, j'ai été repérée par un groupe de jeunes moines qui sont venus me parler et m'ont assaillie de questions.

Cela leur semblait étrange qu'une jeune femme voyage seule dans leur pays. Ils voulaient savoir ce que je venais faire, ce que je pensais de leur pays, et semblaient attacher beaucoup d'importance au fait que j'en aie une bonne image. Ensuite, un d'entre eux m'a demandé si il pouvait faire une photo de moi. Je trouvais cela un peu surprenant vu que c'était moi la touriste mais j'ai dit oui. A cet instant, ils ont tous sorti Iphone, samsung galaxy et tablettes et m'ont prise en photo! J'ai prétexté ça pour faire un selfie avec eux... Ensuite, ils m'ont demandé de leur offrir un coca à tous après que j'ai donné un peu de monnaie à une vieille

dame estropiée suite à la guerre. J'ai trouvé cela audacieux compte tenu du fait qu'ils avaient tous des téléphones à la pointe de la technologie. Un des moines m'a rajoutée sur facebook et a continué à m'écrire après cette rencontre.

Toujours pour me voir ou me demander de l'argent. "Je voudrais venir te voir en Belgique! Tu m'offres le billet d'avion?", "Sista, je suis embêté, il me manque 150$ pour payer mes cours (gratuits), tu peux m'aider?" Il m'a même envoyé une photo de lui en torse nu en me demandant de lui en envoyer une aussi et en me disant que je lui manquais! Après une discussion de 20 min! Vous l'aurez compris, je n'ai pas trop apprécié l'attitude des moines. Les familles pauvres profitent du fait que les études sont gratuites pour les moines. (ce qui peut se comprendre...) Quand ils ont des garçons, ils les envoient au temple. Puis, une fois les études terminées, les jeunes moines quittent la religion pour aller travailler en ville. Un moine est censé être pauvre, hors ils ont tous des iphone, ... Un moine est censé avoir de l'empathie pour les animaux, hors ils les regardent mourir de faim sans sourciller. Bien sûr, je n'ai pas approfondi le sujet mais je n'ai pas apprécié ce que j'ai pu voir.

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Le Mékong face au Palais Royal

Le Mékong face au Palais Royal

Palais Royal

Palais Royal

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Déco pour l'anniversaire du roi

Déco pour l'anniversaire du roi

J'ai fini par rentrer à l'hôtel pour profiter de la petite piscine, ai pris une douche et suis tombée endormie en oubliant de manger.

JOUR 2

Le lendemain matin, j'avais rendez-vous avec un photographe pour faire un tour de la ville visite/photo comme je l'avais fait à Siem Reap comme je ne restais pas longtemps. J'avais réservé ce tour avec Michael Klinkhamer, qui m'a donné rendez-vous dans un café près du palais royal. J'avais demandé la journée complète, soit de 9h30 à 17h30. D'abord, nous avons bu un verre en faisant connaissance. Il m'a expliqué qu'il était prof de photo à l'université de Phnom Penh, qu'il vivait là depuis des années, ... Je pensais toujours que nous allions bientôt partir mais il continuait à parler (de choses intéressantes, je ne conteste pas, mais on avait toujours pas fait de photos!) Il a voulu voir mon matériel. J'avais pris un deuxième objectif pour la journée, un fisheye 180, monté sur mon deuxième réflex, pour ne pas devoir retirer un objectif pour en mettre un autre à chaque fois. Il ne connaissait pas ce type d'objectif, surprenant pour un prof de photo universitaire... Nous avons quitté le café à 11h. Nous avons pris un tuk tuk, visité quelques petits endroits autour du palais royal. Puis il m'a proposé de m'arrêter pour aller dans un magasin. Il n'avait rien d'extraordinaire mais il avait apparemment quelque chose à voir là bas. Ensuite, nous sommes repartis, et allés voir les marchés, les allées plus défavorisées où on peut voir des scènes de vie typiquement cambodgiennes.

 

Bébé sur une balance de boucher!^^

Bébé sur une balance de boucher!^^

Au bout d'une allée, il a voulu aller manger un plat. La chaleur ne me donnait pas faim du tout et je n'étais pas là pour manger, surtout qu'on venait à peine de quitter le café. Je me suis donc abstenue. Je suis restée un peu avec lui pendant qu'il mangeait puis suis allée faire des photos en l'attendant. Ensuite, nous avons repris notre route et là, il a voulu faire des réglages sur mon appareil photo. Celui-ci était configuré en français, il ne comprenait pas et ne trouvait donc pas les fonctions qu'il voulait. Moi, j'étais là pour découvrir Phnom Penh, et oui la fonction qu'il recherchait pouvait être intéressante mais était loin d'être primordial. Je lui ai dit que ce n'était pas grave et de laisser tomber, il l'a mal pris. (en même temps, j'étais en manuel et j'ai pu refaire tous mes réglages...) A partir de là, il a décidé qu'il était temps de faire une pause! Et j'ai eu le malheur de m'en étonner... "Encore?" Il l'a mal pris et m'a demandé des explications, sur un ton très autoritaire, comme à une petite fille à qui il faisait un sermon. Je lui ai dit que nous venions de nous arrêter pour son plat à peine 20 minutes plus tôt. Soit, il a décidé qu'il lui fallait 2heures de temps de midi qui se sont transformées en 2h30. Nous nous sommes donc retrouvés à 15h30! Sur les deux heures restantes, nous avons traversé le Mékong en bateau, repris le tuk tuk et visité un petit temple et un champ de lotus.

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Nous sommes ensuite revenu en bateau au centre ville de Phnom Penh. Il voulait absolument que je retourne au café (son quartier général) qui était à l'opposé de mon hôtel où un taxi m'attendait pour partir à Kep. J'ai donc voulu descendre avant le café. Il ne voulait pas. Il a finalement accepté mais j'ai encore du donner 40$ en plus du prix fixé pour la journée du chauffeur de tuk tuk. Donc si je devais résumer, je dirais que malgré son statut de prof d'unif, il ne m'a rien montré niveau angle de prise de vue, cadrage ou conseil photo à faire etc mais par contre a pris presque 3 heures de pause et quand il n'était pas en pause, me demandait sans arrêt pour utiliser mon objectif fisheye que je devais donc à chaque fois retirer de mon boitier malgré l'énorme quantité de poussière (routes de terre), ... Il marchait toujours devant moi, et était donc toujours dans mon champs. Pour faire des photos, pas pratique! Autant je recommande Eric D Vries à Siem Reap, autant, j'ai un mauvais souvenir de cette journée à Phnom Penh. Bien sûr, j'ai vu de belles choses mais le service proposé n'est pas du tout comparable! Quand on ne reste qu'un jour et demi, on espère quand même en voir un maximum. Cela n'a pas été le cas pour moi malheureusement.

En route pour Kep!

Après ce fiasco, je suis donc retournée le plus vite possible à mon hôtel. J'avais demandé un taxi pour 18h15. Je suis arrivée tout juste. Le chauffeur de taxi avait décidé de partir plus tôt et était donc venu à l'avance (pourquoi?) Pas de chance pour lui... La chambre était déjà réglée puisque je devais la quitter pour 13h, je n'ai eu qu'à mettre ma valise dans le coffre et à partir. La route a été assez calme. Cependant, et j'ai pu remarquer ça tout au long de mon voyage, les cambodgiens ont une curieuse manière de conduire. A chaque fois qu'ils approchent un carrefour, ils klaxonnent, comme pour dire arrête toi, je passe! Ils mettent aussi tous leurs gros phares pour conduire le soir et se klaxonnent pour les éteindre mais personne ne le fait jamais! ^^ Le chauffeur n'était pas très bavard, et pour cause, il parlait à peine anglais. Il aura quand même fallu plus de 3 heures pour arriver. Il s'est arrêté en route pour faire une offrande dans un petit temple en bord de route et a fini par me dire qu'il n'était jamais allé à Kep! Je suis arrivée vers 21h45. L'hôtel, bien que dans la pénombre était magnifique. Le Vanna Hill. Une grande piscine, une végétation luxuriante, une vue sur la mer, une grande terrasse couverte où on pouvait déjeuner ou diner. Les chambres étaient de petits bungalows. La mienne était petite mais confortable et avec tout ce qu'il faut. J'ai été prendre une douche et suis allée dormir. Tôt le lendemain matin, je suis allée déjeuner. Pain perdu et mangues avec un mango shake comme à mon habitude. J'ai du faire une overdose de mango shake pendant mon voyage au Cambodge! C'était vraiment trop bon! Je suis allée me détendre un peu à la piscine qui donnait vraiment envie et puis j'ai appris que j'étais la seule cliente de l'hôtel! Tout le monde était parti la veille mais d'autres personnes sont arrivées le soir.

La piscine du Vanna Hill

La piscine du Vanna Hill

Mini lézard à la terrasse du Vanna Hill

Mini lézard à la terrasse du Vanna Hill

J'ai fini par partir à la plage. La plage de Kep est déserte, très paisible. On ne rencontre ni touristes, ni locaux. Si cela peut être apaisant, on fini vite par remarquer l'absence de terrasse, de transat, de restaurant et de magasins. 

Plage de Kep

Plage de Kep

Plage de Kep

Plage de Kep

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants

Je suis ensuite partie pour l’île du lapin. Pour y aller, d’autres touristes et moi avons traversé dans de grandes barques vertes et oranges. Il y avait un peu d'eau au fond, je me demandais

pourquoi... Je l'ai appris au retour! La cambodgien qui dirigeait le bateau le faisait avec le pied avec un air nonchalant. Pour l'aller, ça a été... Durant le trajet, j'ai fait la connaissance d'autres jeunes en vacances. Des anglais principalement et une française. Cela faisait longtemps que je n'avais plus parlé ma langue à part via viber! Nous nous sommes racontées nos itinéraires, très semblables finalement, le volontariat en moins pour elle. Nous avions visité les mêmes villes, y compris Saen Monourom, sans jamais se croiser. C'était marrant. Nous avons passé l'après-midi ensemble à boire des coco shake au soleil, sur un transat en bois bleu turquoise. Les plages de Kep sont très belles et très calmes mais elles n'ont pas de palmiers comme sur l'île du lapin! ^^ Par contre, pas d'eau turquoise! Plutôt verte, y compris à Kep.

île du lapin

île du lapin

île du lapin

île du lapin

L'heure du retour est arrivée et nous avons du remonter dans la barque! Sauf que contrairement à l'aller, il n'y avait pas de ponton! Et que je n'ai aucune détente! Donc, je n'arrivais pas à monter!. En plus de ça, j'avais de gros coups de soleil, donc m'appuyer dessus et me hisser sur le bord de la barque me faisait très mal. Les autres filles me poussaient les fesses. Ca a fait la journée de beaucoup de gens que j'entendais rire derrière moi! Je suis enfin arrivée dans la barque, non sans peine! ^^ Et puis... ils ont apporté une escabelle! Comme quoi, il vaut toujours mieux monter en dernier! ^^ La traversée a commencé. Le vent s'était levé, le courant était très fort et le cambodgien qui dirigeait la barque était complètement saoul à force de boire de la bière sur la plage toute l'après midi. Moi qui m'étais privée de baignade pour être sèche pour le retour, j'ai été plus trempée que jamais! Même mon maquillage waterproof a coulé! J'ai eu de l'eau salée dans les yeux! Et pas une goutte! On a eu plein d'eau sur et dans nos sacs! Heureusement mon appareil photo reflex était dans un sac imperméable!!! Mais tout le monde n'a pas eu cette chance. Quand je suis rentrée à l'hôtel, mon état a fait rire l'homme à la réception. J'ai ri aussi! J'avais l'air d'un chat mouillé! J'ai été prendre une douche mais j'étais malgré tout à l'heure pour voir le coucher de soleil qui est magnifique à Kep puisque le soleil se couche sur la mer. Je n'ai pas eu le temps de redescendre à la plage pour le voir mais depuis l'hôtel, je voyais la plage et le coucher de soleil. Je suis donc restée là pour ne rien manquer. On ne m'avait pas menti, c'était vraiment très beau!

Coucher de soleil à Kep

Coucher de soleil à Kep

Le lendemain, je suis retournée à la plage. Je voyais bien que les cambodgiens qui travaillaient à l'hôtel étaient embarrassés de me voir en bikini à la piscine. Ils disparaissaient en tournant la tête à chaque fois.

Les plages de Kep sont très calmes. Au mois de mai, pas de touriste, très peu de locaux, malgré un temps ensoleillé et chaud. Idéal pour se détendre mais pas de transat, ni de marchands ambulants qui vendent à boire ou autre. Plutôt du genre désert! Et puis rien à faire! Pas de magasin, rien! 

J'avais dû rendre les clefs de ma chambre pour 11h mais mon avion était à 21heures à Phnom Penh. J'ai donc quitté Kep vers 16h30. Malgré le fait que j'avais rendu ma clef, le concierge m'a proposé d'aller prendre une douche avant mon départ. Le chauffeur de taxi était déjà là! Toujours à l'avance les taxis dans ce pays! J'ai bien évidemment accepté la douche prise à la course. Le trajet de retour vers Phnom Penh était le dernier. Un peu de nostalgie déjà... Mais j'avais bien profité des mango shake, des noix de coco fraîches à boire, des curry de légumes et du soleil.

 

A noter: 1) Les femmes cambodgiennes aiment s'habiller avec des pyjamas! 2) La sécurité routière n'est pas très développée...

Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Cambodge 2015: Elephant Valley Project - Sanctuaire pour éléphants
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Celine Js

Eco-volontaire végane, passionnée par la nature. Blogueuse par besoin de partager, d'informer mais aussi parfois de dénoncer les injustices. Révoltée mais jamais résignée. Il est grand temps de bouger!
Voir le profil de Celine Js sur le portail Overblog

Commenter cet article